y1pLwPXMEhsUEdGHaSrrJVhy74dmGyf4yUCvr7Cdib7qfGZbI1tNXNZnBrGZL0VrXeYJU095vpG05J7dTfKgqinJw

Au Niger, il y a si beaucoup des organisations internationales et volontaires étrangers, par exemple, UNU, JICA, WHO.

On plaisante le Niger est un pays le plus pauvre du monde , avec les plus organisations aidées !

Les volontaires américains et japonais, travaillant ici dès longtemps, ont les plus d’expériences. Nous sommes les premiers volontaires chinois au Niger, donc dans cette grande famille de volontaires, nous sommes les petits, les autres tous sont nos exemples à suivre !

Des employés chinois nous dirent les anecdotes de ces volontaires, surtout les japonais.

Ils n’ont pas l’Ambassade au Niger, mais sont chargés par une organisation non gouvernement qui s’appelle JICA. Plupart des japonais travaillent au Niger pour deux anées, dans le champ, dans l’école, dans l’hospital, etc. D’abord, les volontaires japonais reçoivent les entraînements et les exams dans leur pays, et après arriver au Niger, ils étudient les langues locaux et des capacités divers dans un base de campagne. Ils préfèrent à vivre et travailler ensemble avec les nigériens, notamment les paysans !

Il existe de nombreux de grande différences entre les volontaires chinois et les japonais, je crois. Comparé avec eux, nous sommes moins libres, indépendants et prudents : on ne mange presque les aliments vendés dans les marchés; on ne travaillent presque dans les villages; on préfère de sortir accompagné des gens...

Une simple exemple ! les japonaise osent prendre un taxi pour aller à la campagne en minuit, pour nos filles, c’est impossible ! Ce n’est pas à dire que nous n’ont pas le courage, en effet, les régles nous demendent de rester chez nous !

Je pense, les différences sont peut-être causées par nos deux différentes manières de gérer. Parce que nous sommes les premières volontaires envoyées par le gouvernement et administrées par l’Ambassade de la Chine au Niger, on a plus de couleur de politique, donc il faut faire plus d’attention de nos actions. Et puis, nous sommes plus jeunes avec moins d’expériences que les japonais ! C’est normal d’être moins indépendant et libre, n’est-ce pas ?

Durant cette année, j’ai aussi connu des amis japonais, américains et européens ! Kaussuqué et Misa, deux volontaires japonais, sont mes meilleurs amis. Kaussuqué est photographe dans le TV nigérien, Misa est physiothérapeute dans l’Hopital de Niamey. Nous avons souvent des rendez-vous dans un snack,ou bien en CCFN. Kaussuqué me présente des artistes nigériens, qui sont intéressents, pensants et audacieux!

IMG_6239

Ils organisaient une grande soirée en CCFN, y compris des spectacles de théâtres, danses, chansons,et exposition de mode, pour répandre la culture nigérien et refléter leurs points de vue sur les problèmes socials.

___2

___4

___3

Tout m’est impréssionné ! La force de la cohésion sociale au Niger, c'est sans doute le « cousinage à plaisanterie » qui permet aux différents groupes de se critiquer entre eux sans heurt. C'est un excellent moyen de résorber les problèmes interethniques et cela fait de la société nigérienne une société tolérante et démocratique.

___1

IMG_6218

Le << fire dance>>de Kaussuqué a été chaleureusement applaudit !